Plus de 150 organisations appellent à l’interdiction des emballages en plastique oxo-dégradable

Logos sIgnataires

L’initiative « New Plastics Economy initiative » de la Fondation Ellen MacArthur a publié le 5 novembre 2017 une déclaration appelant à l’interdiction des emballages en plastique oxo-dégradable.

Les signataires comprennent notamment M&S, PepsiCo, Unilever, Veolia, British Plastics Federation Recycling Group, Gulf Petrochemicals and Chemicals Association, Packaging South Africa, World Wildlife Fund (WWF), Plymouth Marine Laboratory et dix membres du Parlement européen. Au total, plus de 150 organisations, y compris des entreprises leaders représentant toutes les étapes de la chaîne d’approvisionnement en matières plastiques, des associations industrielles, des ONG, des scientifiques et des élus, ont approuvé la déclaration appelant à une action mondiale pour éviter les risques environnementaux à grande échelle.

Les emballages en plastique oxo-dégradables, y compris les sacs de transport ou « sortie de caisse », sont souvent commercialisés comme une solution permettant de pallier à la pollution par les plastiques, avec comme argument que ces plastiques se décomposent en résidus inoffensifs dans une période allant de quelques mois à plusieurs années.

Une nouvelle déclaration de la Fondation Ellen MacArthur dans le cadre de l’initiative Nouvelle économie des plastiques, des preuves indiquent que les plastiques oxodégradables ne se dégraderaient pas en résidus inoffensifs.

Plus d’information disponible sur le site officiel ici : https://newplasticseconomy.org/publications/oxo-statement

Oxo-dégradable ?

Les plastiques appelés oxo-dégradables, ou oxo-biodégradables ou encore bio-fragmentables, sont communément conçus à partir de polymères auxquels ont été ajoutés des additifs oxydants (à base de sels de métaux) qui favorisent leur dégradation en morceaux plus petits et pouvant être indétectable à l’oeil nu, indique l’Ademe (L’Agence De l’Environnement et de la Maîtrise de l’Énergie).

Généralement utilisés pour des produits à courte durée de vie (sacs sortie de caisse, emballages…), ces plastiques se fragmentent, sous certaines conditions établies (lumière, chaleur, …), et après fragmentation ils se bio-dégradent.