Erema, la machine qui révolutionne le recyclage du plastique

Dernière mise à jour : 10 janv.

Cet article provient du journal L'Express, publié le 26 juin 2019.


Penser au plastique c'est souvent avoir cette image en tête :



Lauréats du Prix de l'Inventeur Européen 2019, Klaus Feichtinger et Manfred Hackl sont beaucoup plus optimistes !


Manfred Hackl, CEO Erema Group

"Nous avons besoin du plastique dans notre vie si on pense aux télécommunications, à la médecine, le sport, à l'automobile, tout cela ne serait pas possible sans le plastique ! Ce n'est pas difficile de recycler, ça reste encore complexe et nous devons encore apprendre parce que le plastique est encore un matériau nouveau. Il n'existe que depuis une cinquantaine d'années alors que le papier ou le verre sont utilisés depuis des centaines d'années. C'est une nouvelle industrie qui doit se développer aussi bien que son système de recyclage. " nous indique Manfred Hackl.

Alors que le recyclage du verre fonctionne en boucle fermée, c'est-à-dire que le verre retrouve sa même utilisation après recyclage, tous les plastiques recyclés ne peuvent pas garder leur utilisation première.


  • Impuretés

  • Mélange de différents matériaux

  • Odeurs persistantes

Ces détails peuvent réduire la qualité des matières plastiques recyclées.


Les deux inventeurs ont conçu une machine pour pouvoir recycler tous les types de plastiques sans perdre sa qualité.


Voici une représentation du système Intarema et de son unité de pré-conditionnement, également appelé densifieur :


Densifieur Intarema
Vue en coupe du densifieur de la machine Intarema

Klaus Feichtinger

"On a un volume énorme de matière plastique en préparation. Cette chambre de préparation matière permet de couper très rapidement, d'en faire de petits morceaux, et d'extruder le tout très facilement.", mentionne Klaus Feichtinger.




Avec un système ingénieux et breveté de filtration et traitement des odeurs, le plastique obtenu sous forme de petites billes est indiscernable d'un plastique neuf.


Pour nos deux inventeurs, les mentalités doivent cependant encore évoluer car les consommateurs se méfient de la qualité du plastique recyclé.


"Personne ne se demande de quelle quantité de vieux métal est constitué sa voiture, personne n'y pense.", nous fait remarquer Klaus Feichtinger.

"Si les gens finissent par ne plus demander combien il y a de matière recyclée dans un produit, on aura réussi à créer une économie circulaire tant dans la manière de penser que de vivre", conclue Manfred Hackl.

Vous pouvez également découvrir la vidéo complète ici :



Crédit vidéo : L'Express

Mots-clés :